Parachutiste béret rouge un vétéran Belge au Congo

    clique sur les photos pour agrandir                                                 
 
 
133fb1d1f91e8fb5ceebcc717ac53f34.gif Un jour je reçois un email dans boite : Bonjour, J'ai des dizaines de photos mais elles n'ont rien de spéciale. C'est tjrs le même genre, des copains, quelques une du Congo bien sûr aussi. A l'époque on n'avait pas tous des appareils photos, j'avais un Leica et je pouvais faire 36 photos sans recharger !. Ce que je pourrais faire c'est t'envoyer un résumer des activités de la 1ère Cie Para depuis l'entrée au CI à Namur en février 54.+ photos bien entendu. En tant que membre de l'Amicale Paras et du "Squad voici mon N°de tél tu peux me contacter ……Immédiatement j'appelle mon cœur battait, J’avais au bout du fil un vétéran, Il me fixe rendez vs chez lui  21 avril 2011  9h 30 il m’ouvre sa porte il m’accueille très chaleureusement, directement le courant passe.Il m’invite dans son bureau. Un petit musée ou des souvenirs de son époque témoigne de son passé Parachutiste. e l’écoute accroché a ses lèvres  il commente ses albums photos avec passion encore intact  à travers ses récits. Nous avons passés un moment qui restera une de mes plus belle rencontre d’amitié Nous nous sommes revu il m’a proposé de me parrainer pour aller a l’amicale Nationale. C ’est ainsi que j’ai décidé pour le remercier de cet honneur qu’il m’a fait et surtout cette grande humilité d’avoir partagé quelques moments de sa vie Para de mettre en ligne ses photos et documents ( Congo Belgique et amicale )  et lui dédié mon site qui deviendra  par la même occasion un hommage aux amis vétérans  pionniers des Para Commandos Vous pouvez aussi le retrouver sur le site cliquer sur l'icône qui tourne    
       
  PARAS-BELGE-CONGO-1954.gif
sbienvenue_1074.gifTout semblait revenir à la normale et tout à coup, en décembre 44, il y eu cette foudroyante offensive allemande, erronément appelé offensive von Rundsted dans les Ardennes.Leur but était d'atteindre Antwerpen afin d'occuper le Port et empêcher le ravitaillement des troupes alliées. Panique des hommes politiques à peine revenus de leur séjour à Londres.lls étaient déjà prêts a s'envoler pour London et ,une nouvelle fois, abandonner le pays. Quels froussards et lâches en plus ! Les Paras belges étaient casernés à Tervuren . Papa avait prêté une petite moto à un Para, Claude de Villermont, lequel était un ami de la famille Desteinbach, relation de papa. Avec son squat, Claude avait été parachuté le 15 aout 1944 à la frontière belgo française dans l'opération Noah et, le vent aidant, ils ont été déportés au dessus de la Belgique. Par ce hasard ils furent ainsi les 1èrs soldats belge à avoir mis les pieds en Belgique.Alors qu'il était en perm à Bruxelles, le 29 décembre 1944, il est rappelé d'urgence et doit rejoindre Tervuren.Départ immédiat au front c'est-à-dire les Ardennes, dans la neige et le froid.Le Rgt SAS était en support des anglais de la 6th Airborne Division. Claude était chauffeur de jeep blindée dans la ta Tiger Patrol Malheureusement il fut tué, à Bure le 31 décembre..Il avait à peine 20 ans.Bien que je l'ai à peine conseil il était mon modèle du soldat que j'ai voulu être plus tard. Sa mémoire a été mon dopage et m'a soutenue tout au long des durs tests passés pour entrer au Régiment et pouvoir porter le béret rouge. j'avais le sentiment de le remplacer. Aujourd'hui, quand je vois certains jeunes,et même plus spécialement certains hommes politiques ,qui crachent sur la Belgique, d'autres qui brûlent le drapeau nationales voudrais avoir l'opportunité de leur dire ‘’ bande de salauds vous oubliez que des tas de jeunes pleins d'enthousiasme sont morts pour vous donner la liberté un bien être que vous ne méritez pas d'ailleurs. Ils étaient jeunes je me souviens d’Amaud Fraiteur, d'Ixelles, fusillé â 17 ans pour actes de résistance, Claude, mort dans la neige des Ardennes alors que nous étions déjà libérés.lls ont perdu la vie leur vie pour la Belgique, pour nous. Tout ça pour en arriver â vous voir tas de médiocres, profiter de cette liberté chèrement payées et ce sans la moindre once de reconnaissance ou de pensée envers leur sacrifie Aucun homme politique soit-il bleu-rouge-vert-orange n'arrive à leurs chevilles.Ce ne sont que des médiocres, des profiteurs du régime laxiste qu'ils développent à leur profit. Rien de nouveau sous le soleil...I faut dire que maintenant il n'y a plus d'enseignement civique dans les écoles.C'est ringard parait-il. Le Colonel Blondeel le ter Cdt du Rgt Para disait Celui qui ignore l'histoire est un orphelin du passé, un ahuri du présent un déboussolé de l'avenir , Il avait de ces maximes qui marquaient notre sacré Colonel !
 
alpha_0121.gifa période militaire 1954 1955: Le 1er février il faisait un temps pluvieux avec faible neige, froid, très froid.  A telle enseigne que c'est ce jour là que l'Abbé Pierre a envoyé sur les ondes son appe" mes mes amis au secours"  pour aider les pauvres démunis qui, notamment à Paris, vivaient dans une précarité extrême. Emmaüs était lancé.
 
C 'est aussi début 54 que la TV est née ici en Europe. Pour la 1ère fois Paris transmettait en direct les 24 heures du Mans. Au cinéma sur grand écran, sortent les films 20.000 lieues sous les mers. Touchez pas au grisbi de avec Jean Gabin et encore Les hommes préfèrent les blondes.

                                                      Candidats CRS 
                        
 
                             Para Commando 2 ème Cie peloton A février 54
 
 
 
 
 
alpha_0121.gife 1èr Février 1954 Namur  Je suis affecté au Peloton A. Nous sommes 40 élèves, en devenir, sous-officiers, officiers. Dès le 1er jour après réception du packtage, sans attendre, l'instruction débute très fort. Levé à 06h, il fait froid,il pleut et neige au sol le tout mélangé fais un tapis de boue. Ni lavé ni rasé, départ pour un cross de +/- 6Km sur route mais surtout à travers champs. Retour au casernement au pas de course douche petit déjeuner.
 
 
                                                        Citadelle de Namur
      
Sans trainer, très vite le rassemblement dans la cour pour l'entraînement avec full équipement. Marches 5-10Km, speed-marches d'environ 6 km se succèderont tous les jours sans aucune exception, sauf dimanche jour de repos.,très relatif..Tous les jours, training sur les agrès.
 
 
 
  
 
alpha_0121.gifes pistes de cordes, pistes d'obstacles qui nous cassent les jambes et les bras. L'après-midi classe, cours d'armement, de direction de squad.Training au close-combat plus tard l'inévitable melling hérité des Paras anglais. Le melling est un combat de boxe au cours duquel on ne peut se protéger on ne peut que frapper, attaquer, jamais se défendre. C'est très contraignant et très dur c'est un test de haute combativité individuelle. Compris dans les exercices de tests, le melling est important. Lors de mon premier meling le gars avec qui je combats me démet illico l'épaule gauche d'un coup bien ajusté. Jamais je n'aurais pensé que cette épaule puisse se redémettre. Je dois refaire le combat quelques jours plus tard après un petit repos et massages. Là je tombe sur un ancien Coréen qui veut aussi entrer au Rgt . Il pèse au moins 110Kg.,et moi seulement 80, il me fait l'impression d'être un monolithe... .Je crains de me ra-démettre l'épaule, je garde mon bras gauche contre la poitrine et très fort ne frappe que du droit. Avec la peur au ventre d'être battu, je vois ce type comme un ennemi, l'obstacle à ma réussite en rage, je frappe sans m'arrêter, d'une droite bien placée le mets ko.Je n'en reviens pas , ouf c'est fini pour moi, j’ai gagné mon melling. Le melling fût supprimé dans les années 70 .Une recrue avait été assommée, perdu connaissance dans un combat violent, ce qui est le propre du melling. Ce n'était pas le premier à qui ça arrivait mais, comme c'était le fils d'un parlementaire celui-ci est intervenu auprès du Ministre de la Défense pour faire supprimer cet entraînement ..dangereux l! .C'était déjà les prémisses de la fin des entraînement très spéciaux, extrêmement durs et propres aux Paras et Cdo. Les journées étaient très difficiles, parfois même très pénibles mais on mordait sur sa chique du moins ceux qui voulaient à tout prix terminer et être admis à porter le béret Rouge l'emblème le plus visible des Paras.
 
     
 
 
Pleine nuit réveil rebelote,en squat de 6 marche de nuit ,avec armes et bagages. Retour vers 03 h et réveil à 06.30' une demi heure de radio Autant dire que ça crève mais ce n'est pas tous les jours heureusement. Et puis, on est là pour ça ! C'est à ces occasions que j'ai appris à mettre mes affaires en place de façon précise lorsque je me couche a fin de les retrouver tout de suite, dans l'obscurité et surtout dans l'urgence.Fin de semaine petit repos, levé ½ Heure plus tard que d'habitude - quelle chance - pas de cross pas de speed marches. Le pied. Mais quelques fois des gardes. Pas de congé durant nos deux premier mois d'incorporation. Celui qui n'aime pas cela ou ne supporte pas l'entraînement peut immédiatement quitter le Régiment. On nous le répétait souvent " vous êtes volontaires....alors si vraiment ça ne vous convient plus...la porte est là " Tout l'entraînement que nous subissons est fait pour nous endurcir et casser ceux qui, sans doute, ne seront pas à même de se surpasser. Les corvées de nettoyages des chambrées et des alentours du bloc apprennent aux hommes ce qu'est le travail de nettoyage et permet, plus tard de respecter l'ouvrage de leur épouse.07 mai 1954 . Nous sommes à la cantine, fin de journée. A la radio nous apprenons la chute de Dien Bien Phu. C'est un choc pour nous tous, c'est comme si notre propre Bataillon était anéanti.
 
 alpha_002.giféret rouge Si mes souvenirs sont exacts, nous n'étions pas loin de 160 ce mois de février 1954 et en juillet nous n'étions plus que 130. En juin, remise du béret après un nouveau petit nettoyage par exclusion et ce principalement pour manque de ténacité de moral de spirit ,aussi pour inaptitude physique. Le béret rouge est un brevet militaire de reconnaissance en tant que soldat d'élite. Nous recevons une permission de deux jours de congé. Papa est tellement fier que je dois absolument me montrer en uniforme dans la famille. Retour à Namur. De la gare jusqu'à l'entrée de la Citadelle c'est une fameuse, trotte et ça monte..Généralement, lorsque nous revenions d'un week-end de congé je me souviens que nous grimpions ,et quelques fois c'était même en courant, par un raccourci un chemin serpentant à travers la route longeant les remparts. Aujourd'hui, près de soixante plus tard, je ne sais plus courir 10 min mes genoux sont en compote. En juillet 1954 tout le Bataillon part en train pour la Citadelle de Diest. Voilà Diest ou papa a séjourné quelques mois en 40. La Citadelle de Diest est le nid des parasite centre névralgique. En 2010 le Ministre de la Défense décide de supprimer et le 1 Para et l'occupation de la Citadelle. Ce fût un tollé mais resté sans effet.
 
 
       
Diest, l'entraînement est encore plus dur qu'à Namur, ! Ce n'est pas peu dire. Il nous fallait confirmer à nos nouveaux instructeurs et notre valeur et notre droit à porter le béret rouge. Il y a encore eu quelques éliminations. Nous devions nous perfectionner dans les attaques type SAS par squad de 4-6 hommes, très longues marches de jour comme de nuit, à la boussole, avec tout l'équipement sur le dos, et surtout les speed marches une spécialité, La spécialité du Rgt Para .La speed match consiste à alterner la marche normale mais rapide avec le pas de course en petites cadence. Cette cadence est donnée par l'instructeur qui, tout à coup crie ça " Quick match " et c'est la marche accélérée. j'appréhendais cet ordre qui me sciait les jambes, augmentait les battements du cour. Puis retour en marche rapide chaque fois par étape de environ 1km.
 
j'ai des photos prises lors d'une speed, nous avons tous les traits tirés et pas un seul sourire pour le photographe. J'ai fort souffert de ces speed march. j'avais une réelle difficulté à trouver mon 2ème souple pour tenir le coup. Heureusement il y avait toujours un copain pour m'aider ne fût ce qu'en portant mon sac à dos un petit moment, ça permettait de reprendre mon souffle..J'en avais une réelle peur car je n'arrivais pas à attraper ce deuxième souffle. Je n'ai eu cette chance qu'une fois, c'est dire si j'avais la hantise de ces speed march.
  
 
   
 
 
 
         
 A chaque retour de week-end, on n'y échappait pas c'était quasi réglé comme du papier à musique : première activité du matin, speed march . Au mieux un simple cross était accueillit avec joie.! Ca nous tombait dessus sans surprise, comme la vérole sur le bas clergé... Mais, la speed marche, c'est la base pour un déplacement rapide avec armes et bagages après parachutage. Pour moi c'était l'exercice les plus pénible. L'horreur à l'état pur! Il y a eu la marche des 20Km puis celle des 55 Km. en août. La ça m'allait car j'étais plus fort en marche qu'en speed march. Je pouvais, à mon tour aider l'un ou l'autre qui souffrait, comme Boulette, de qui j'ai porté la mitrailleuse point.30 alors que lui était quasi dans les pommes.
                Camp à la mer Westende( Op-Grimbie)
 
 
 
 
 
 
 
 
  
 
 
   
 
    
 
 
 
  
alpha_0121.gifors des journées à la mer, Op-Grimbie, on dormait sous tentes, et bien sûr entraînement de nuit dans les dunes. Une nuit ,à l'appel en fin d'exercice, il manquait un homme. Nous avons ratissé les dunes pour le retrouver, endormi ,ronflant, il était crevé de tous ces exercices. Lors d'une marche de jour, à midi, la cantine a apporté le repas ', des moules-frites...Après la remise en route la moitié du peloton a dégobillé son repas. On a demandé des volontaires pour le brevet d'infirmier. J'ai passé mon brevet, je me disais que ça pouvait toujours servir. C'était agréable les cours dans les dunes, on ne se foulait pas et on bronzait. Plus tard, en automne, une nouvelle manœuvre. Une semaine sous tentes à Elsenborn alors qu'il faisait très mauvais, très froid et neigeux. On dormait sur la paille, dans des sacs de couchage pas très protecteurs du froid. Nous avons eu les entraînements au lancer de grenades, tirs à l'Energa, maniement du lance flammes très impressionnant, tirs au Bazooka sur carcasse de char, tirs réels à la mitrailleuse au dessus de nos têtes alors que nous rampions sous fils de fer barbelés.
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
Il y eu encore plus tard ,fin d'année, une nouvelle semaine sous tentes toujours dans la neige .Entraînements des sections en support avec des chars. Comme il faisait froid, lors des repos, on se réchauffait sur un char, assis sur le dessus du moteur bien chaud.
 
 
 
 
 
    
 
 
 
 
 
 
Il y avait une troisième grande spécialité du Régiment ,' les extra-drill. Suivant l'importance de la valeur de la punition, l'extra-drill est éprouvant, dur, très dur et parfois extra dur. Les punis doivent se présenter éventuellement avec fusil, casque et capote, plus le bergam plein de pierres frisant les 15 Kg.Equipé de la sorte ils doivent marcher, courir, ramper, sauter exécuter la marche du canard avec le fusil au dessus de la tête au gré de l'instructeur. C'est terriblement exténuant. A Namur ça se passait sur la route montante vers la plaine tout en haut de la Citadelle. Plus d'un y a perdu du poids, en est revenu cassé, j'en ai vu perdre Conscience, être transportés à l'infirmerie.. Comme élève au Peloton A, nous avions des journées  Enlève du Jour. Cela consistait en apprentissage de commandement :rassembler le Pton à 08h, passer l'inspection des tenues puis présenter le Pton au s/off du jour. Durant la journée, emmener le Pton aux divers et nombreux rassemblements, le représenter à l'instructeur à la fin de la journée . Tout cela n'est qu' un test d'aptitude au commandement.. 
 
 
 
 
 
    
 
 
Notre Peloton A devait être détaché à l'école Militaire d'Arlon. Je n'appréciais pas le fait d'être absent au moins trois mois et surtout de recommencer à suivre des cours. Ayant refusé de continuer, dans ces conditions le Capitaine Vaes n'a pas apprécié et m'a mis un rapport fort négatif. Peu importe je voulais rester avec les copains et, commander en tant que sous-off, n'était pas ma priorité. Papa aurait bien aimé que je sois sous-off, il fut un peu déçu de ma décision. 
         Clique sur les photos    133fb1d1f91e8fb5ceebcc717ac53f34.gif  pour agrandir   
 

Créer un site gratuit avec e-monsite - Signaler un contenu illicite sur ce site